10 juin 2010

Hommage posthume

Paul Verlet, soldat au 74 RI, évoque dans ce très beau et dur poème non seulement sa propre éventuelle disparition, mais plus généralement le corps du soldat tombé, le soin que prennent de lui ses camarades, symbole d'humanité dans l'horreur des combats. Des hommes qui, désespérément, essaient de rester des hommes. Pour celui qui reste, pour celui qui est venu bien longtemps après, c'est un réconfort de savoir qu'on a ainsi pris soin de la dépouille de l'époux, du père, ... La plupart des soldats évoqués dans ces pages ont eû la... [Lire la suite]

25 juillet 2010

Rencontre avec l'Artois

                                 Parfois, nous croisions sur les routes une démente procession de camions, pleins de fantassins hagards, les uns frénétiques, hurlant comme des injures leur joie de survivants, les autres étendus, jambes pendantes, immobiles comme des morts. C'étaient les troupes qui venaient de s'illustrer à Notre-Dame-de-Lorette, au Labyrinthe, à Souchez, à la Targette, et nous savions, au nombre de camions... [Lire la suite]
Posté par Romieu à 19:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 avril 2011

Je me souviens

Aux morts du 158 RI, les pierres d'Arras A Ahmed Rmadi particulièrement, les noces sanglantes de l'Afrique et de Lorette A d'autres encore, Douaumont       Ce voeu désespéré d'un Aragon hanté par le carnage, pour que les plaies se referment et que votre mémoire apaisée soit la source des joies de demain. Pour lui-même, et pour vos enfants, vos parents, vos épouses et ceux qui suivirent, ce souhait fut-il autrechose qu'un souhait ? Je me souviens ... ou l'impossible paix ?   Dominos d'ossements que... [Lire la suite]
12 juillet 2011

11 janvier 1895 - 6 octobre 1915

     Quand les destins se suivent et se croisent ... Jean, sergent au 21 RI, Toulousain de la classe 1915, tombe en Artois au nord de Souchez, le 6 octobre 1915. Dans la famille, l'angoisse monte de jour en jour... Toujours pas de lettre... Germaine, la soeur de Jean, tout en réconfortant ses parents, entreprend d'écrire deux courriers : le premier aux autorités militaires, le second à un caporal, ami de Jean. Celui-ci contacte à son tour plusieurs de ses camarades, dans l'espoir d'obtenir des nouvelles. ... [Lire la suite]
Posté par Romieu à 23:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 novembre 2011

Jean Marc Bernard

    Toussaint, jour du souvenir ... Dans la mythologie celtique, la nuit de Samain, la Toussaint des Celtes, était celle où les portes s'ouvraient entre le monde des vivants et celui des morts, entre le monde visible et le monde invisible. Pour cette nuit si particulière, voici un poème de Francis Carco, adressé à son ami Jean Marc Bernard, mort pour la France à Souchez le 9 juillet 1915. Quelques mots d'un Carco qui culpabilisait d'avoir vu partir les copains tandis que, lui, échappait à la guerre. ... [Lire la suite]
22 novembre 2011

Beaucoup ne verront plus

    En 1919, Cécile Périn publie "Les Captives", recueil de poèmes sensibles dans lesquels elle évoque souvent la guerre. Pour une fois, ici, une voix de femme, une voix étrangère aussi à la réalité des combats comme peut l'être celle de Francis Carco dans son hommage à Jean Marc Bernard, une voix de l'extérieur. Est-ce cette extériorité qui, déjà, lui fait évoquer et peut-être redouter l'oubli qu'elle pense inéluctable, là où Aragon, au coeur du désastre, criait désespérément "Je me souviens" ? Beaucoup ne verront... [Lire la suite]

02 mai 2012

Tout est en moi

30 décembre 1999 : Le siècle passe. Lourd du poids de millions de morts qui auraient dû vivre longtemps, qui devraient vivre encore. Le temps s'écoule sous un ciel chargé des grisailles de l'hiver. Pas un flocon. La blancheur est absente de ces journées engluées dans la pluie froide, le vent miaulant et la boue. Une boue qui n'est rien comparée à celle des tranchées que je n'ai connues qu'à travers des images figées et des récits glanés çà et là au fil de souvenirs égrenés par des anciens. Moments où le rire dominait parfois les... [Lire la suite]
05 juin 2012

Le monument

Cher Claude Duneton,         La lettre était là, presque prête... des notes bien organisées qui dormaient sagement sur leur feuille à petits carreaux. La charpente était construite, solide, la volige posée. Restait à choisir les mots comme des ardoises, patiemment, méticuleusement, à les assembler avec précision pour en faire un texte solide, qui coule dans l'oreille. Soin un peu frivole, peut-être mais surtout cadeau à votre amour de la langue et des mots. Restait surtout, encore, à relire. Relire... [Lire la suite]
21 avril 2014

La chanson de Lorette

       Une petit question, anodine ... une petite question sans beaucoup d'interêt mais une petite question têtue qui semble éprouver un malin plaisir à refaire surface aux moments les plus incongrus : l'ont-il fredonnée, ces hommes,  l'ont-ils chantée à pleine voix, avec leur accent venu de l'Est, des Vosges ou du Doubs, leur accent du Lyonnais ou de Savoie, celui de la Haute-Loire, celui du Cantal, l'accent du midi ou même des inflexions d'outre-méditerranée, cette chanson de Lorette ?  ... [Lire la suite]
04 mai 2015

L'Artois d'un poète

Jean Le Roy, né à Quimper le 28 novembre 1894, vécut à Paris où il rencontra Jean Cocteau, Guillaume Apollinaire, ... Ajourné de la classe 1914, il s'engage néanmoins et rejoint le front dans les rangs du 37è RI, puis rejoint comme mitrailleur le 413è RI. C'est la boue du front d'Artois, où son régiment se bat lui aussi de septembre à novembre 1915  dans le secteur du bois en hache, qu'il décrit dans ce très beau texte. Jean Le Roy, Paul Carat, les gars de la 5è compagnie du 158è RI, exacte coïncidence de temps et de lieu. La... [Lire la suite]