Quand les destins se suivent et se croisent ... Jean, sergent au 21 RI, Toulousain de la classe 1915, tombe en Artois au nord de Souchez, le 6 octobre 1915. Dans la famille, l'angoisse monte de jour en jour... Toujours pas de lettre... Germaine, la soeur de Jean, tout en réconfortant ses parents, entreprend d'écrire deux courriers : le premier aux autorités militaires, le second à un caporal, ami de Jean. Celui-ci contacte à son tour plusieurs de ses camarades, dans l'espoir d'obtenir des nouvelles.

          C'est Joseph,  soldat du 21e hospitalisé à l’Hôpital Saint Joseph Croix Rouge d’Abbeville qui lui apporte, dans une lettre datée du 18 octobre,  la terrible information : Jean est bel et bien mort. Le même jour, peut-être à la même heure tombaient au bois en Hache Rémy et ses compagnons d'armes, dont un autre Jean, classe 1915, Jean Antonin Août.

vendredi le 18 octobre 1915

 

Mon cher Caporal

 

       Je tan voie set deux mots pour te faire savoir de met nouvelle met je te direz que je suie aussi blessé comme toi. Je suie blessé a la jambe droite. Je suie det ja bien guérie je me lève tout les joure. Je suis étés blessé le 4 dan le chemin creux an remantan dan la tranchet de premier ligne du cotés de Givenchy lonnétés toupré du village et les boches on bonbardets la tranchet. met je panse que tu le set det ja, et je tasure que sa ma fet de la pênne quan ton madie que Cavailles est tuer. et qu’il an restes si peux a la Compagnie. il mondi qu’ill an restée pluque vin…

 

 Ce courrier est extrait de l'ouvrage de Roger Gau : Jean, classe 1915 ou Lettres volées à l'oubli. Dans ce livre remarquable et fort émouvant, il présente la correspondance du sergent Jean Caillavel, que nous pouvons ainsi suivre de son appel sous les drapeaux à son décès en octobre 1915. C'est un témoignage très riche, on y suit tout aussi bien l'instruction d'un sous-officier que sa vie sur le front d'Artois, et Roger Gau a la bonne idée de le replacer dans le contexte des offensives et évènements auxquels Jean participe, et de le mettre en perspective avec des coupures de presse de l'époque.

Si vous êtes curieux, c'est ici :

 

Jean classe 1915 ; Lettres volées à l'oubli

L'ebook gratuit est proposé en Epub Kindle PDF Ce livre, basé sur des documents authentiques retrace la vie d'un jeune toulousain mort à 20 ans durant la Grande Guerre sur le front d'Artois.

http://www.edition999.info

 

Un grand merci à Roger Gau qui m'a permis de reproduire cet extrait qui prend ici un sens et une symbolique particuliers